Claire Maréchal, entrepreneuse, nous dévoile son parcours.

Les Agaçantes : Présentez-nous votre entreprise (taille, structure, forme juridique, nombre de salariés)?10708303_10204176783807131_836036149_n

Claire Maréchal : Objets Obscurs est le nom de la marque – l’entreprise en elle-même est une entreprise individuelle, donc à mon nom et dans laquelle je remplis toutes les fonctions, depuis la direction artistique et la fabrication jusqu’aux passages quotidiens par la Poste en passant par les relations publiques et la compta !

Les Agaçantes : Quel est votre concept? Comment vous est venue l’idée ?

Claire Maréchal : J’ai toujours adoré la mode sous son aspect technique – enfant, je trouvais plus amusant de regarder ma mère ou ma grand mère tricoter ou coudre plutôt que d’aller acheter les vêtements en boutique. Mais l’idée d’en faire mon métier m’est venue à 25 ans – j’avais déjà plusieurs expériences professionnelles dans divers domaines quand une amie m’a donné une boite remplie de perles et de dentelles anciennes. Elles m’ont inspirée et j’ai créé quelques pièces que j’ai vite vendues à des amies, puis aux amies d’amies… C’est là que j’ai envisagé la possibilité d’en faire mon métier et de vivre cet amour là au quotidien

Les Agaçantes : Qu’est-ce qui vous a poussée à vous lancer ?

Claire Maréchal : Je ne m’épanouissais pas du tout dans le travail, bien que j’ai souvent changé de domaine et que j’ai travaillé dans des métiers plutôt intéressants.

En outre, je suis tombée tout juste sur la génération à qui on a très vite proposé les stages non rémunérés et de longues durées qui ne débouchaient sur rien. Il devenait difficile de trouver un poste à la fois intéressant et bien payé même en accumulant les expériences plus ou moins gratifiantes. J’ai fini par me dire que, quitte à connaître des périodes de vaches maigres et à devoir être corvéable à merci pour un salaire peu convaincant, je préférai mille fois le faire pour mon propre compte et pour un métier qui me faisait vraiment vibrer que pour qui ou quoi que ce soit d’autre.

Les Agaçantes : Etre une femme, ça change quoi ?

Claire Maréchal : Je n’ai jamais essayé d’être un homme, donc ma réponse sera forcément de parti pris !!!

Plus sérieusement j’ai créé l’entreprise en étant une femme, seule, sans associé(e) ni parrain et j’avais 25 ans à l’époque.

Je suis passée par la Couveuse d’Activité de Paris pour la tester ce qui m’a permis de rencontrer de nombreuses autres femmes qui faisaient la même chose que moi et je n’ai jamais eu le sentiment que le fait d’être une femme changerait quelque chose, surtout dans le milieu de la Mode et de la jeune création, essentiellement féminin.

Ca a parfois été handicapant par rapport à certains fournisseurs, ou à des banquiers un peu misogynes … Mais ces mésaventures sont des anecdotes pas très agréables , pas une constante.

Ma féminité apporte aussi très certainement des choses positives dans mon métier et dans mon rôle de chef d’entreprise mais je ne suis pas à même de juger quoi… Il faudrait demander aux gens avec qui je travaille régulièrement (tiens, beaucoup sont aussi des femmes, d’ailleurs… je n’y avais pas pensé).

10007018_10203794736776194_4531200538240505798_n

Les Agaçantes : Créer et gérer une société prend beaucoup de temps, comment gérez-vous votre quotidien ? Votre vie de famille ?

Claire Maréchal : Depuis que j’ai des enfants, je m’organise tout court, ce qui est un changement énorme pour moi qui ai plutôt tendance au joyeux désordre… Et d’ailleurs, je trouve que les choses avancent mieux depuis qu’elles sont organisées ! donc merci les Enfants !

Au quotidien, mon atelier est chez moi, ce qui rend les choses plus simples – et maintenant les enfants sont à l’école la journée ce qui fait que j’ai de nouveau de vraies journées de travail. Et en cas de charrette, je peux toujours faire un peu de rab’ une fois qu’ils sont couchés .

Les Agaçantes : Avez-vous été soutenue par votre entourage?

Claire Maréchal : Oui beaucoup ! sinon je n’aurais jamais tenu le coup ni moralement ni matériellement. Monter une entreprise demande une énergie folle, beaucoup de passion mais aussi d’avoir les pieds sur terre. Mes proches m’ont encouragé et m’ont donné cette force là tout en me poussant à me remettre en question sur les aspects un peu « nébuleux» de l’activité, ce qui ne manque pas d’arriver quand on est seul à porter toutes les casquettes.

578388_4443387410127_560888240_n

Les Agaçantes : Aujourd’hui, vivez-vous de votre activité?

Claire Maréchal : A peu près mais pas confortablement, loin de là. Depuis la création de l’entreprise il y a eu des années fastes et des années néfastes – une fois qu’on a admis que rien n’est acquis et qu’il n’y a pas de règles…

Les Agaçantes : Quels conseils donneriez-vous à celles qui souhaitent à se lancer dans cette aventure?

Claire Maréchal : Si on envisage pas sa vie autrement qu’en étant à son compte il faut le faire – c’est un engagement et un choix de vie concrets avec ses avantages et ses inconvénients – mais je suis certaine que pour que ce soit un choix épanouissant il faut être sûr qu’on ne peut pas vivre autrement.

10007018_10203794736776194_4531200538240505798_n

Les Agaçantes : Quelle est la prochaine étape pour vous?

Claire Maréchal : J’ai lancé cet été une opération de crowdfunding pour remettre Objets Obscurs en lice avec des bases consolidées. L’opération est validée et toujours en cours ! l’objectif est de retrouver les réseaux de diffusion et l’image qu’avaient la marque après quelques années d’existence, avant la crise économique et la pause-Bébés et de partager cette passion qui m’anime avec le plus de monde possible !

10350630_10203794741056301_7044307267113546170_n

Les Agaçantes : Agaçante ? oui, pourquoi ?

Claire Maréchal : Oui sans doute, comme tous ceux qui veulent vivre leurs rêves.

.

OBJETS OBSCURS Bijoux,

174,RUE DE CRIMEE 75019 PARIS,

www.objetsobscurs.bigcartel.com

http://www.facebook.com/objetsobscurs.bijoux