Régulièrement sur notre blog retrouvez le portrait d’entrepreneurs débutants ou confirmés. Cette semaine, Delphine s’est prêtée au jeu des questions-réponses sur son activité de sophrologue en auto entrepreneur.

Les Agaçantes: Présentez-nous votre entreprise (forme juridique, date de création) ?59578173

Delphine : Je suis, depuis 2014, auto-entrepreneur.

Les Agaçantes: Quel est votre parcours scolaire/professionnel ?

Je viens du monde de la Communication. Après un BTS publicité des entreprises à l’ESP (Ecole Supérieure de Publicité), j’ai fait une licence/maitrise d’Information/Communication à l’IFP (Institut Français de Presse) à Paris II.

J’ai ensuite travaillé 10 ans dans des agences de publicité, de taille moyenne, ayant un poste de chef de pub très varié et d’intervenir un peu partout (au près des créatifs de nos agences, de nos fournisseurs et en direct avec nos clients).

En 2013, je me suis tournée vers la sophrologie avec 2 spécialisations : le sommeil et les acouphènes. Bien que je reçoive tous types de personnes m’amenant tout type de problématique, enfants, ado, adultes, séniors. C’est d’ailleurs cette diversité qui est passionnante !

Les Agaçantes: Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer ?

Le cheminement vers la sophrologie a duré, pour moi, quelques années et l’opportunité d’un licenciement économique  m’a permis de sauter le pas vers cette reconversion Nous avons la chance d’être en France, d’avoir Pôle Emploi et des financements. J’ai donc pu profiter du CSP, du financement de ma formation et du chômage.

Les Agaçantes: Quelles ont été les grandes étapes de la création de votre entreprise ? 

La mise en place du statut d’auto-entrepreneur est assez simple et rapide. En une semaine, vous recevez un courrier avec un numéro de Siret. En parallèle, j’ai fait une demande d’ACCRE auprès de l’URSSAF afin de profiter de taux de charges plus faibles pendant 3 ans.

Ensuite la première déclaration de chiffre d’affaire au près de l’URSSAF. L’excitation de payer ses premières charges, d’être enfin en activité  (joie qui cesse dès le 2echèque, je vous rassure !!).

Et la prise de conscience que rien ne sera plus comme avant : cotisation retraire, chômage, sécu pour les indépendants, charges, le formulaire 2042C des impôts, la CFE… et de se dire « ouf, je ne suis qu’auto-entrepreneur, c’est le profil le plus simple comportant le moins de paperasse !! »

Les Agaçantes: Avez-vous été aidée par un organisme ? Si oui, lequel ? Que vous a-t-il apporté ? 

Non, mais j’aurais bien aimé !

Plus sérieusement, ce type d’organisme coûte quand même un peu d’argent et que je préférais faire attention dès le départ à ne pas « jeter l’argent par les fenêtres ! » et puisque c’est censé être simple… je devais m’en sortir !

Les Agaçantes: Etes-vous soutenue par votre entourage ?

Beaucoup ! Mon mari qui me fait me poser les bonnes questions, en me faisant réaliser que même si je suis sophrologue, je devais faire un business plan, qu’il regarde aussi, il m’explique les textes administratifs, illisibles et écrits en corps 5 !

Les amies sophrologues qui traversent les mêmes galères ! IL y a donc une grande  solidarité entre nous, nous partageons beaucoup  d’infos importantes.

Mes beaux-frères pour les questions de statut (lequel  est le mieux adapté ?) et la mise en ligne de mon site (nom de domaine…)

L A : Quels services proposez-vous ? 

Je suis sophrologue !

La sophrologie est une technique qui aide les personnes à gérer un stress, une angoisse, un mal être (vie pro, perso, médicale, sportive, gros changements…). Là où le mot stress apparaît, le mot sophrologie a toute sa place !

Le corps et l’esprit sont intimement liés. Si le corps se détend, l’esprit en profite et inversement. La respiration devient alors le vecteur principal pour se détendre. Cette détente aide à prendre conscience des choses…

Il faut compter entre 8 et 12 séances pour un accompagnement complet. Une séance par semaine, d’une heure.  Il n’y a ensuite pas de magie, c’est donc à vous de travailler en intégrant les exercices que je présente lors des séances, dans votre vie de tous les jours. L’autonomie est la finalité.

Ces séances font prendre conscience que nous sommes remplis de ressources, qu’elles se trouvent en nous et que l’on peut se gérer, gérer son stress et vivre mieux, dormir mieux, avoir confiance en soi plus facilement, vivre plus sereinement une situation…

regime-zen

L A : Quelle stratégie marketing avez-vous mis en place pour vous faire connaître ? 

En devenant sophrologue, il faut prendre conscience que les gens ne nous attendent pas !

J’ai donc mis en place des supports simples et facile à véhiculer (cartes de visite – site internet mémorisable facilement – leaflet expliquant la base !)

Une fois ces supports bouclés, le bouche à oreille ! En parler partout, tout le temps, de ma boulangère au dîner chez la vieille tante. Tout le monde est concerné par ce sujet. Tout le monde peut devenir un prescripteur ! Je distribue évidemment ma carte au maximum de personnes, en espérant qu’elle circule. Je rencontre également les médecins de toutes spécialisations que je connais bien. Et ensuite, vous pouvez rajouter : mailings, phoning, présence dans les réseaux internet… Sur 100 contacts, il n’y aura peut être qu’un retour mais c’est déjà ça !

Et surtout et encore le réseau (rencontrer les anciens collègues, clients, sophrologues qui pratiquent autour de moi, amis de longue date, nouvelles rencontres, investir de son temps au près de la chambre syndicale de la sophrologie, répondre présent à chaque fois qu’on a besoin de moi…).

Il faut compter entre 2 et 3 ans pour monter une clientèle stable… j’ai encore du boulot !!!

L A : Quelles sont vos contraintes d’organisation ? 

Je travaille de chez moi pour limiter mes frais. Ce n’est pas toujours évident de se poser devant un bureau, un téléphone ou un ordi et d’y passer 4 heures. Alors qu’il est important de pouvoir se poser pour réfléchir et faire aussi de la prospection pure.

Se motiver tout le temps même lorsque l’on est seul, ne pas céder à un café, papoter avec une amie. Pendant ce temps la, l’activité ne se développe pas. Il faut donc se bouger tout le temps. Organiser des dej, des cafés,  avoir des rendez-vous dans son agenda…

Et puis apprendre aussi à gérer les RDV clients (parce qu’heureusement, il y en a). Gérer les annulations de dernière minute, les reports… la prise de rendez-vous, l’organisation.

Tout cela est très différent d’une vie de bureau plus sédentaire.

L A : Aujourd’hui, vivez-vous de votre activité ?

Pas encore mais c’est fermement en route !

L A : Quels conseils donneriez-vous à celles qui souhaitent à se lancer dans cette aventure ?

La sophrologie est une technique vraiment formidable ! Elle apporte beaucoup de choses aux personnes. Elle est simple à intégrer et elle fonctionne

Mais nous ne sommes pas dans le monde de oui-oui,  la sophrologie, c’est bien mais ça ne suffit pas ! Il ne faut pas oublier qu’il faut aussi être chef d’entreprise, graphiste et évidemment commercial.

Ne pas oublier que la prospection représente plus de la moitié de sa vie de tous les jours. Qu’il faut du temps et de l’énergie pour se faire une place.  Que l’on est seule et que personne ne nous attend avec un grand sourire. Au contraire, il faut pousser et forcer beaucoup de portes pour réussir à entrer quelque part.

L A : Quelle est la prochaine étape pour vous ?

M’installer dans un cabinet, idéalement avec d’autres professions libérales pour être dans une dynamique optimale.

Agaçante ? Oui, pourquoi ?

Parce qu’encore plus depuis que je suis sophrologue, je tanne les gens avec une approche positive ! Dans toutes les situations, on peut trouver du positif (même une quantité infinitésimale)… et parfois ça lasse ! Les gens aiment bien aussi broyer du noir de temps en temps. C’est dans leurs habitudes  non ?

 

Delphine reviendra très bientôt sur le blog des Agaçantes pour vous apprendre à vous détendre.

Retrouvez Delphine sur son site internet :  www.respirer.org