Après avoir été intermittente du spectacle, Inès a ouvert son magasin de jouets à Paris dans le 20ème. Découvrez son parcours et son univers.

Quel est ton concept ?
Il n’y a pas de concept particulier à LA TRUITE… si ce n’est que c’est un joyeux bordel, une caverne d’ali baba! En tout cas c’est très souvent ce que j’entends de mes client(e)s.
De 0 à pas d’âge, il y a toujours moyen de trouver quelque chose, du classique détourné à la madeleine de Proust, de la peluche joliment déglinguée aux jeux d’équilibre en bois, chics et sobres, du gadget à 2 balles à .., presque tout et parfois même n’importe quoi!
Mais pour autant au départ ma volonté était de favoriser les jouets de fabrications françaises et européenes. Quand à la fabrication chinoise, elle reste traçable ici. Il n’y a pas de marques que l’on trouve dans la grande distribution. Peut-être une ou deux maintenant qui, au fil du temps ont aussi fini par vendre aux plus gros… Malgré les lois du marché et le pouvoir d’achat qui a fondu ces dernières années, cette volonté reste assez vive.

La truite Vitrine

Raconte-nous ton parcours (scolaire ou professionnel)
J’ai fait mes études jusqu’au BAC puis j’ai rencontré un jeune styliste en bijoux avec lequel j’ai travaillé dans la mode pendant 4 ans, autant à la fabrication qu’au développement de sa marque.
Tout à fait par hasard ensuite, j’ai intégré la petite filiale d’une grande chaîne de télé où petit à petit je suis passée du poste de vérificatrice des programmes à celui, entre autres, de réalisatrice de bandes annonce, naviguant sur plusieurs chaînes du câble en tant qu’intermittente du spectacle;  ça a duré 16 ans. Entre temps, je suis devenue maman, deux fois. Le statut d’intermittent me pesait et le boulot devenait de plus en plus difficile à trouver. J’avais envie d’autre chose…

Ines photo

Pourquoi un magasin de jouets ?
Ce sont bien évidemment mes filles qui m’ont donné l’idée d’une boutique de jouets, d’abord parce qu’il n’y en avait pas dans mon quartier et ce malgré le nombre d’écoles, crèches et autres haltes-garderies et puis parce que j’ai toujours préféré les petites boutiques de jouets traditionnels aux grandes enseignes pour leur trouver de quoi les amuser. C’est aussi simple que ça. Enfin quand je dis simple… Je ne connaissais rien au commerce, encore moins à la façon dont se monte une boîte et j’avais très peu d’argent. Ce qui était sûre, c’est que je voulais créer mon propre emploi.

La truite jouets

Depuis combien de temps ?
LA TRUITE va bientôt entamer sa neuvième année!

Tu vis de ton activité ?
Si les trois premières années ont vraiment bien marché, la crise et ses dommages et collatéraux ont changé pas mal de choses…
Non, aujourd’hui, c’est plutôt  assez dur d’en vivre. Mais restons optimiste, il y aurait de la reprise dans l’air!

As-tu été soutenue, accompagnée ?
Soutenue ou encouragée quand j’ai émis l’idée et que je me suis lancée? pas plus que ça et assez mal renseignée par les divers organismes comme les ASSEDIC  ou le Pôle Emploi car suivant les différents interlocuteurs que je rencontrais, aucun n’était capable de me dire la même chose!
En revanche, c’est une copine, qui a elle aussi une boutique depuis bien plus longtemps que moi qui m’a filé des tuyaux. Sinon Je me suis beaucoup débrouillée toute seule. En même temps, ça fait partie de mon caractère. Cela étant, il m’arrive maintenant parfois d’être un peu épaulée et j’avoue que c’est plus qu’agréable!

As-tu rencontré des difficultés ? lesquelles ?
Comme j’ai une mémoire de poisson, je ne me souviens pas des difficultés au lancement de La Truite 😉 …. Il y en a eu, bien sûr, la première étant de défendre son projet auprès des banques par exemple. Mais s’il m’en vient une, c’est surtout celle de ne pas se décourager quand ça commence à devenir un peu tendu!!

tu as des conseils à donner à nos lecteurs ?
Il faut d’abord avoir une idée! Tout part de là. Avoir envie de créer ou de développer quelque chose en étant conscient qu’il y aura certains sacrifices à faire et pas des moindres (moins de temps libre pour les siens, des finances en dent de scie et j’en passe…), avoir le goût de l’aventure car c’est une prise de risque constante et que les petits entrepreneurs ne sont pas les mieux protégés.
Mais je vous rassure, il y a bien des réjouissances aussi!

Agaçante, pourquoi ?
même pas peur!

Retrouvez Inès dans son magasin du mardi au samedi de 11h à 13h et de 15h à 19h – et sur  facebook !

LOGO TRUITE