Les Agaçantes : Présentez-nous votre entreprise (taille, structure, forme juridique, nombre de salariés)?Portrait-cameleon (2)

Najette Derni : Autoentrepreneur depuis aout 2013, pour l’instant je gère seule mon activité entre la France et l’Inde. Pour la fabrication de mes casques, je travaille en étroite collaboration avec un atelier d’artisans maroquiniers ainsi qu’une usine de casques de moto.

Les Agaçantes : Quel est votre concept? Comment vous est venue l’idée ?

Najette D. : Le concept a mis près d’un an à se développer. Tout à commencé lors de mon séjour en Inde ou j’ai eu un accident en scooter, c’était la première fois que je conduisais un deux-roues et j’avais encore les automatismes de conduite que l’on peut avoir avec une voiture. Quand j’ai cherché à me protéger avec un casque, j’ai vite constaté qu’il n’y avait pas grand chose de vraiment original sur le marché.

Ma démarche a été dans un premier temps de réunir toutes mes idées de créa les plus délirantes en utilisant mon expérience de graphiste. Cela ne me suffisait pas. Ma volonté était de pousser plus loin dans l’utilisation quotidienne du casque, de le valoriser comme n’étant plus un objet de sécurité fonctionnel mais plutôt comme un accessoire de mode.

J’ai donc pensé créer un casque qui se transforme en sac : de là est né Yin Yang, en quelques manipulations le casque se transforme en un sac à main que l’on peut porter aussi bien à l’épaule qu’en sac à dos.

Son autre particularité non négligeable : sa couverture souple que j’appelle la « skin » est amovible et donc interchangeable. On peut ainsi customiser son Yin Yang en fonction de son look…

L’invention est évidemment brevetée. Il a reçu la médaille d’argent au concours Lépine 2014. Dès le 25 aout, il sera disponible sur le site de vente en ligne www.cameleonetmoi.com le prix public sera de 475 euros. Puis à partir de mi-septembre, il sera également vendu dans plusieurs boutiques de design et accessoires de motos à Paris : la liste des points de vente seront affiché sur le site internet et sur la page Facebook www.facebook.com/cameleonetmoi

10307424_746079465436370_9091747632327835950_n

Les Agaçantes : Qu’est-ce qui vous a poussée à vous lancer ?

Najette D. : C’est simple, dès le début je croyais en ce projet qui est petit à petit devenu une réalité. J’étais graphiste freelance et l’idée constituait un véritable défi que je souhaitais relever : il y a eu la barrière de la langue, un nouveau métier à apprendre, un environnement à apprivoiser, … autant de facteurs inconnus qui m’ont poussé à aller de l’avant pour arriver au bout de mon rêve.

 

Les Agaçantes : Etre une femme, ça change quoi ?

Najette D. : Dans ma situation, être une femme m’a poussé à dépasser mes limites à chacune de mes expériences, en l’occurrence à être plus forte, directe dans certaines situations, et par dessus tout ne pas considérer un « non » pour réponse.

 Les Agaçantes : Créer et gérer une société prend beaucoup de temps, comment gérez-vous votre quotidien ? Votre vie de famille ?

Najette D. : Pour la création, cela ne m’a pas pris plus de 10 minutes sur le portail d’autoentrepreneur.com , le plus délicat serait plutôt délimiter mon temps dans mon travail. J’ai tendance à travailler en fonction de mon inspiration sans me préoccuper du temps passé. Cela dit, j’arrive tout de même à m’octroyer des pauses dans mon travail pour mes loisirs et mes proches.

Les Agaçantes : Avez-vous été soutenue par votre entourage?

Najette D. : Ma famille et mes amis me soutiennent et me suivent depuis le début de cette incroyable aventure. Ma sœur surtout, grâce à son esprit pragmatique, s’est fait volontairement l’avocat du diable pour que je sois armée en cas de « crise ». Mes amis, selon leurs professions, ont eux aussi joué un rôle majeur dans le développement de mon projet (business plan, marketing, distribution dans le secteur automobile, …). Je leur suis à tous très reconnaissante !

Les Agaçantes : Aujourd’hui, vivez-vous de votre activité?

Najette Derni : Considérant que mon activité est encore à ses balbutiements, je n’en vis pas encore. Le lancement commercial est prévu en septembre 2014. D’après l’accueil chaleureux que le prototype a reçu lors de l’exposition Mai au concours Lépine aussi bien de la part du public ainsi que des professionnels du métier, je suis plutôt optimiste.

 

 Les Agaçantes : Quels conseils donneriez-vous à celles qui souhaitent à se lancer dans cette aventure?

Najette D. : L’aventure entrepreneuriale ne peut être vu comme un projet mené individuellement. Elle vit et prend de l’ampleur à chaque fois qu’elle est partagée. Il ne faut donc pas hésiter à parler autour de soi de son projet. Il est aussi important d’à apprendre à rester réceptif aux conseils et critiques quelle qu’elles soient. Elles apportent un angle de vue que l’on aurait pas forcément envisagé.

Selon moi, pour aller au bout de son rêve les compétences à elles seules ne suffisent pas. Il faut une bonne part de persévérance et de travail, pour cela il n’y a pas de secret, il faut être passionné par ce que l’on fait. C’est le meilleur moteur stimulant pour avancer et créer un effet communicatif autour de soi.

 

Les Agaçantes : Quelle est la prochaine étape pour vous?

Najette D. : Avec la commercialisation en septembre des casques Yin Yang, la collection Melomania verra le jour quasi en même temps : ce sont des casques de type Jet qui séduiront les motocyclistes par leur coté rétro grâce à leurs empiècements de cuir surpiqué de couleurs vives.

Une nouvelle collection est déjà envisagée avec une déclinaison avec tout un panel de couleurs et de matières… Pour le modèle en denim, il est question de travailler sur un projet de recyclage avec la collaboration d’une usine de jeans en Inde.

 

 Les Agaçantes : Agaçante ? oui, pourquoi ?

Najette D. : Agaçante dans mon perfectionnisme et ma volonté de renouveau constant dans ma démarche créativité ? Oui je plaide coupable !

10530703_792491454128504_4780735932238477730_n

.

 

Site internet : cameleonetmoi.com

Facebook : facebook.com/cameleonetmoi

Twitter : twitter.com/cameleonetmoi